GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

Groupe Rissois d'Histoire Locale. Association "loi 1901"

GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

LE CHÂTEAU GOMEL (CHÂTEAU DU DOMAINE D'ORANGIS)

Allée bordée d'arbres conduisant à la cour d'honneur du château Gomel

Allée bordée d'arbres conduisant à la cour d'honneur du château Gomel

Le Château Gomel - La cour d'honneur

Le Château Gomel - La cour d'honneur

Le Château Gomel - Côté parc

Le Château Gomel - Côté parc

Au XIIe siècle, le domaine appartenait à Herbert et Gilbert d'Orengy puis au XIIIe siècle au chevalier Jean de Orangiaco. En 1580, Claude Faucon, déjà seigneur de Ris, devint propriétaire du Fief d'Orangy et prit le titre de Seigneur d'Orangy et de Torigny.
Le comte François de Bombelles (1689-1761), lieutenant général et gouverneur du duc d'Orléans, porta à son tour le titre de seigneur d'Orangis. Son petit-fils, Charles René de Bombelles, seigneur d'Orangis, né à Versailles, ayant émigré pendant la Révolution, était capitaine dans l'infanterie autrichienne. De retour en France après la chute de Napoléon, il refusa de porter la cocarde tricolore, marque héritée de la Révolution, que Louis XVIII avait voulu conservé comme emblème national et retourna en Autriche. Le seigneur d'Orangis deviendra le troisième époux de Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, veuve de Napoléon 1er et du comte Neipperg.

L'entrée du Château Gomel et la chapelle

L'entrée du Château Gomel et la chapelle

Ce château est plus aujourd'hui plus connu sous l'appellation de « château Gomel » du nom de la famille qui l'occupe depuis le XIXe siècle et qui a donné deux maires à la commune.
En 1995, le bâtiment principal a été rénové et partagé en appartements. A droite de la grille on aperçoit la chapelle. Très dégradée, elle n'a pas bénéficié de la rénovation du château. Ce n'est qu'en novembre 2011 que des travaux de réfection ont été entamés sur la toiture qui menaçait de s'effondrer.

Le château Gomel de nos jours

Le château Gomel de nos jours

 

À LIRE AUSSI DANS NOS PUBLICATIONS

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article