GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

Groupe Rissois d'Histoire Locale. Association "loi 1901"

GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

LA FERME ET LE CHÂTEAU D'ORANGIS (CHÂTEAU LOT)

Le château d'Orangis - Façade nord

Le château d'Orangis - Façade nord

Le château d'Orangis - Entrée

Le château d'Orangis - Entrée

Le château d'Orangis, dit château Lot, porte le nom de la famille qui l'occupe depuis 1793.
Devenu bien national pendant la Révolution, le domaine qui avait appartenu aux seigneurs de Ris, fut acheté par une dame Jousserand, aïeule de la famille Lot.
Le château n'était, au XVIIIe siècle, qu'un rendez-vous de chasse assez petit, composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage, comportant une entrée et deux petites pièces en bas et l'équivalent au premier étage. Il fut rehaussé et agrandi au XIXe siècle tel que nous le connaissons encore aujourd'hui. Son propriétaire de l'époque, Henri Lot, avait été le directeur des archives nationales et l'éminent auteur d'un ouvrage consacré aux deux généraux Ordener auxquels il était apparenté.
Des communs et une ferme sont accolés au château.
Aujourd'hui le château est à l'abandon et en si mauvais état qu'une rénovation semble impossible mais les dépendances autour de la cour sont maintenant occupées par des artisans d'art. Le pigeonnier, attribué à tort à l'époque des Templiers - sa construction est en fait plus récente -, a été restauré et utilisé pour des expositions.

Le château d'Orangis à l'abandon

Le château d'Orangis à l'abandon

La ferme et son pigeonnier

La ferme et son pigeonnier

La ferme de nos jours

La ferme de nos jours


À savoir
La possibilité d'avoir un pigeonnier était réservée aux seigneurs détenteurs du droit de haute justice.
Le nombre de couples de pigeons - deux couples à l'hectare - indiquait la richesse du seigneur.
 


Témoignage recueilli sur notre ancien site à propos de la ferme Lot

Bouboule :Je me rappelle que mon père me disait que la ferme avait une superficie de 160ha (le champ de course en faisait parti). C'était une ferme avec de la bonne terre me disait-il, mais où les lapins faisaient beaucoup de dégâts. Il me disait qu'il allait souvent voir le garde de chasse dans les communs du château Lot.
 

 

À LIRE AUSSI DANS NOS PUBLICATIONS

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article