GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

Groupe Rissois d'Histoire Locale. Association "loi 1901"

GRHL - HISTOIRE LOCALE DE RIS-ORANGIS

LE CAES (CENTRE AUTONOME D'EXPÉRIMENTATION SOCIALE

Le CAES (Centre Autonome d'Expérimentation Sociale), situé 1 rue Edmond Bonté dans des locaux militaires désaffectés, a pour but d'élaborer un terrain d'expérimentations sociales, en rassemblant en un même lieu des personnes voulant vivre autrement. L'intérêt de chacun assure la pérennité de ce lieu d'échange et de création.
Il est un des plus anciens squats artistiques de la région parisienne.

C'est le 10 juillet 1981 qu'arrivent dans ces locaux, les premiers occupants. En juillet 1983, l'association CAES est créée. L'idée est de vivre dans la ville de manière autonome et alternative en mélangeant les genres (habitants, artisans, artistes) et les fonctions (espace de production artistique, artisanale, action culturelle et sociale). Toute la décennie 1980 a permis au CAES d'être « LE » lieu culturel en Essonne.
Dans les années 1990, le CAES bascule d'une expérience sociale à de l'intervention sociale, notamment avec de l'hébergement d'urgence.
Le site connait ensuite un changement qui correspond au changement de la société : l'individualisme, perte des repères utopiques, pragmatismes et fatigue des membres fondateurs.
En 1999, la plupart des membres historiques quittent le site, le nouveau gouvernement souhaitant fermer le lieu. Il ne sera sauvé que par l'intervention du maire de la ville, interpellé par des propositions de nouveaux projets déposés par un groupe formé d'anciens et de nouveaux Caessiens.
Mais le CAES devient le théâtre de faits-divers et un espace de non-droit, puisque des plaintes portées à l'encontre de délinquants notoires ont été jugées irrecevables ou classées sans suite par le procureur de l'époque. Les artistes, découragés, abandonnent peu à peu le site.
En 2002, la nouvelle équipe de Tifo Benyahia est mise en place. Une nouvelle structuration associative est établie qui transforme le lieu en résidence et commence à élaborer un projet structurant à la faveur d'une volonté municipale : la création d'un éco-quartier sur les friches du bord de Seine (près de 20 ha).
En 2004, le CAES intègre la ZAC et repositionne son activité.
Les activités reprennent : une salle d'exposition est ouverte en 2005, la salle Paulo (hommage à Paul Sevéhon) gérée par le CA et dédiée aux expositions, l'ex-Fun devenu [leFer] est géré par la Cie GRT dédié, en janvier 2006, aux soirées rock et performance et la Cave à Jam est gérée par l'association Tempo en septembre 2006.
En février 2009, les usines Bertheau de Pierre Bertheau s'intéressent au site. Un accord est vite trouvé avec la ville : réhabilitation en ateliers de la Tour brûlée et du pigeonnier ; réhabilitation de Babel en atelier-logement de type HLM ; réhabilitation du bâtiment tempo en café-musique.
En septembre 2009, il est décidé la réhabilitation d'une partie de la Malterie et d'une des halles Freyssinet dans les Docks.
En novembre 2009, l'aménageur envoie un courrier à l'ensemble des occupants leur demandant de libérer les lieux. Sous la présidence d'Abder Darik, le relogement est effectué dans la ville. Une relocalisation des activités des peintres est organisée. Une nouvelle structuration juridique est envisagée. Abder Darik comme Président hérite d'une dette de près de 250 000 euros sur les années d'une gestion de complaisance ; la liquidation s'impose. Une nouvelle étape est à écrire celle du CAES2 - Les Docks de Ris.
(source : article inspiré de wikipédia)

CAES (Centre autonome d'expérimentation sociale) Ris-Orangis
CAES (Centre autonome d'expérimentation sociale)

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article